Test des Pleomax S2-620W

Enceintes 2.1 Pleomax S2-620W

J’ai voulu tester aujourd’hui des enceintes d’une marque que je n’avais encore jamais essayé : Pleomax. J’ai opté pour les S2-620W de Pleomax, qui sont des enceintes 2.1, pour leur design assez sympa et leur puissance correcte (36 Watts RMS). Elles ne sont pas très faciles à trouver sur le web, mais lorsqu’on les trouve le prix de vente se situe aux alentours des 70 ou 80 €. Bien que pas encore très répandue en France, Pleomax est pourtant une marque déposée du géant Samsung qui connait pas mal de succès en Orient.

 

En déballant les S2-620W on a tout de suite une agréable sensation de robustesse, sans doute due au style épuré du design plutôt qu’à la qualité des matériaux. Les matériaux sont en effet assez basiques, avec une coque de plastique planche qui forme le boitier du caisson et des satellites, tandis que la grille de protection noire des haut-parleurs est en métal assez fin. Le plastique n’est certainement pas le meilleur matériau imaginable pour des enceintes, mais par contre je dois reconnaitre qu’ici la qualité semble être bonne, et surtout sa mise en forme en fait. Les courbes sont en effet assez belles, et il n’y a quasiment aucune trace de jointure visible qui serait due au moulage des coques, les surfaces sont bien lisses.

Ces belles surfaces blanches créent en partie le style épuré des S2-620W. L’autre critère renforçant le style épuré est l’absence totale de boutons ou molettes de réglage visibles sur le caisson ou les satellites. Il faut aller voir derrière le caisson de basses pour trouver les connecteurs audio et l’interrupteur Marche / Arrêt, et sinon tout se fait de manière déportée.

Et c’est là qu’on arrive à un gros point fort des Pleomax S2-620W : la présence de 2 télécommandes de contrôle, une en mode sans fil grâce à l’infrarouge, et l’autre en mode filaire directement relié au caisson. Ces 2 télécommandes collent tout à fait avec le style général des enceintes, simples et épurées.

La télécommande sans fil permet d’effectuer tous les réglages audio : volume, niveau des basses, niveau des aigus, ainsi qu’une touche stand-by pour couper automatiquement les enceintes.

La télécommande filaire permet quant à elle d’effectuer moins de réglages, puisque seul le volume général  peut être ajusté, ou la fonction stand-by activée. Par contre on trouve sur cette télécommande les connecteurs auxiliaires mini-Jack, à savoir :

  • L’entrée audio auxiliaire
  • La prise casque
  • La prise micro (petit rappel pour utiliser la prise micro : il faut brancher votre micro sur l’entrée micro de la télécommande filaire, tandis que l’entrée micro de l’ordinateur doit être reliée à la prise micro du caisson de basses grâce au câble mini-Jack rose fourni avec les S2-620W)

Les 2 télécommandes des enceintes Pleomax S2-620W

On a donc une connectique très complète, qu’on ne retrouve finalement pas souvent sur des enceintes 2.1 à 70-80 €.

L’entrée audio principale des Pleomax S2-620W est située à l’arrière du caisson de basses, également au format mini-Jack. Un câble audio mini-Jack / mini-Jack est livré avec les enceintes.

À l’arrière du caisson on retrouve également la prise micro pour la connexion sur l’ordinateur, ainsi que 2 prises mini-Jack pour le branchement des 2 satellites. La face arrière de chacun des satellites est d’ailleurs conçue de manière à pouvoir enrouler le surplus de câble non utilisé, pour éviter d’avoir des grandes longueurs de câble qui trainent sur le bureau. C’est Philips qui utilise pas mal ce système sur ses enceintes aussi, et si je ne l’ai jamais trop utilisé personnellement puisque voir des câbles se balader sur mon bureau ne me gêne pas particulièrement, je pense que certains trouverons ça très pratique.

Et enfin l’interrupteur principal de mise sous tension des enceintes est aussi à l’arrière du caisson de basses. Comme je l’ai déjà dit lors d’autres tests je trouve que mettre cet interrupteur derrière le caisson de basses n’est pas le plus pratique car difficile d’accès, mais au moins sur les Pleomax S2-620W il y a une fonction stand-by accessible depuis les 2 télécommandes et qui permet de mettre en veille les enceintes, c’est déjà ça.

Caisson de basses Pleomax S2-620W

Avant de passer au test audio il y a une particularité acoustique sur ces S2-620W qu’il est intéressant de relever : c’est l’utilisation d’évents multiples pour les satellites et le caisson de basses. En effet tous trois ont des structures bass-reflex, ce qui est très classique pour des enceintes multimédia, mais alors que dans 99% des cas les constructeurs utilisent un seul évent comme charge bass-reflex, Pleomax a décidé d’en utiliser 2 par enceintes. On se retrouve donc avec 2 évents dans chaque satellite, et 2 évents dans le caisson de basses (ces évents ne sont pas facilement visibles, puisqu’ils sont placés juste à côté des haut-parleurs, donc cachés par les grilles de protection).

Quel est l’intérêt d’avoir 2 évents par enceinte au lieu d’un seul ? En fait si le design est bien réalisé ça ne devrait pas changer grand-chose au niveau rendu. Mais là où c’est intéressant, c’est qu’en utilisant 2 évents la longueur de chacun peut être plus courte que si un seul évent avait été utilisé. Ce qui permet de les faire rentrer plus facilement dans des enceintes multimédia, où la compacité des boitiers est souvent un critère important pour des questions pratiques.

En revanche le design d’enceintes à double évent est plus compliqué, car il faut notamment prendre en compte le couplage entre les 2 évents, qui dépend de la position de l’un par rapport à l’autre.

 Enceintes satellites des S2-620W

Je m’attaque maintenant au test audio proprement dit en allumant ces S2-620W.

Dès les premières secondes d’écoute je me rends compte que le réglage par défaut des aigus est vraiment trop faible, et je m’empresse de les augmenter en utilisant la télécommande sans fil. Une fois ce réglage effectué ça va déjà mieux, même si un petit détail va vite devenir agaçant : dès qu’on éteint les enceintes ou qu’on les met en stand-by puis les rallume, tous les réglages effectués se réinitialisent à leur valeur par défaut, ce qui m’oblige à chaque fois que j’allume les enceintes à systématiquement augmenter le niveau des aigus. Dommage que le réglage par défaut de ces Pleomax S2-620W ne soit pas plus équilibré, ou qu’au moins les réglages fait par l’utilisateur soient gardés en mémoire…

Autre point un peu décevant : le bruit de souffle qui devient assez fort aux volumes élevés. Ce bruit de souffle existe dans toutes les enceintes multimédia (il est dû au bruit généré par l’ampli intégré), mais est plus ou moins maitrisé en fonction des constructeurs et des modèles. Et sur les S2-620W Pleomax ne fait pas vraiment de miracle, loin de là, et on a droit à un bruit de fond qui ne passe pas inaperçu lorsqu’on monte le volume.

Mais sur du dubstep ou du breakbeat par exemple le rendu est top, le caisson réagit super bien, avec une belle dynamique. J’ai même senti le souffle d’air provoqué par le subwoofer du caisson à 1 mètre, c’est un bon signe de la puissance du caisson ! Pleomax ne donne d’ailleurs pas de chiffres sur la puissance du caisson, mais il me parait très bien dimensionné (ce qui n’était pas le cas pour mon dernier test des Philips SPA6350 la semaine dernière). La saturation reste de plus assez maitrisée.

Pour de la musique plus douce, le bruit de souffle est plus gênant. Par ailleurs sur de la musique purement vocale ou des récitals instrumental la balance du son est un peu moins sensible, mais dès que la musique est plus riche on sent une faiblesse dans les haut-mediums et aigus, et même en jouant sur le niveau des aigus on n’arrive pas bien à rattraper ce déséquilibre.

En utilisant les Pleomax S2-620W pour écouter des films la faiblesse des aigus se fait moins ressentir, et la bonne réactivité du caisson fait alors des merveilles, le résultat est très convaincant.

 

En conclusion les S2-620W de Pleomax sont de bonnes enceintes 2.1 avec quelques arguments chocs, comme la double télécommande (filaire et sans fil), la connectique complète (entrée auxiliaire, prise casque, prise micro) ou le réglage des basses et des aigus. Le design est lui aussi très réussi, et Pleomax a réussi à créer de belles courbes avec une très bonne finition à partir de matériaux peu onéreux (plastique essentiellement), ce qui était indispensable afin de pouvoir proposer ces S2-620W à 70 € environ.

Le plus gros défaut reste incontestablement la faiblesse des aigus, que l’on pourra toutefois un peu compenser en augmentant leur niveau. Mais le déséquilibre n’est pas complètement rattrapé, et certains types de musiques en pâtissent vraiment. En revanche pour une utilisation films pas grand-chose à redire, le caisson de basses est vif et puissant, et même dans les scènes les plus animées les Pleomax S2-620W restituent facilement l’ambiance sonore.

3 réflexions au sujet de « Test des Pleomax S2-620W »

  1. Effectivement, pour mieux séduire la clientèle, on peut optimiser sa vente coté accessoires, sinon, cela reste quand même un excellent modèle, du coup, moi aussi j’ai craqué pour ce modèle.

  2. Son design épuré est vraiment idéal pour un décor moderne. Au dé part, le fait que les connecteurs audio et l’interrupteur Marche/Arrêt m’a un peu repoussé. Mais quand j’ai lu qu’il avait deux télécommandes, ça a tout de suite attiré toute mon attention. J’envisage même de l’acheter.

  3. bel article, oui ça donne un côté assez moderne , le design est sympa, bon sang ils trouvent toujours le moyen de nous séduire oui c’est vrai!! je pense que moi aussi je vais tester pour voir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>