Test des Hercules XPS 2.0 30 DJ Club

Enceintes 2.0 Hercules XPS 2.0 30 DJ Club

Le test d’aujourd’hui concerne les Hercules XPS 2.0 30 DJ Club, qui sont des enceintes 2.0 moyen de gamme. Ce sont presque les sœurs jumelles des XPS 2.0 30, sauf qu’elles sont un tout petit peu moins puissantes (10 Watts RMS, contre 12 pour les XPS 2.0 30), mais arborent un look un peu plus agressif, appellation DJ oblige… On les trouve en vente aux alentours de 50 €.

 

Comme les XPS 2.0 30 ou XPS 2.0 60, les XPS 2.0 30 DJ Club ne sont pas très volumineuses, avec des dimensions de 19 x 13 x 10 cm pour chaque enceinte. Elles sont donc faciles à placer sur un bureau encombré (et le mot est faible pour le mien en ce moment…), par contre c’est forcément un peu au détriment des propriétés acoustiques. Mais on verra ça avec le test audio un peu plus tard.

Au niveau du design on voit effectivement que ces XPS 2.0 30 DJ Club sont légèrement plus affûtées que les XPS 2.0 30, mais ça reste vraiment du classique. Si le noir laqué des façades avant est assez réussi, je trouve qu’en revanche toute la coque des enceintes fait très cheap, avec un plastique noir qui ne fait pas vraiment robuste. Il ne doit pas être très épais non plus, ce qui n’est pas de bonnes augures pour la présence des basses.

Un seul haut-parleur équipe les satellites : un driver large bande de 3’’ de diamètre, protégé par une grille en plastique. Hercules ne donne aucune information sur les caractéristiques de ces haut-parleurs, si ce n’est une réponse en fréquence de 80 Hz à 20 kHz, mais c’est assez léger pour se faire une idée, donc on verra surtout ce qu’il en est à l’écoute.

Ceux qui disposent encore d’une télé ou d’un ordinateur avec un écran cathodique (Ouhouuu… y’a quelqu’un ???…. :) ) apprécieront sans doute le blindage amagnétique des enceintes qui limite les perturbations électromagnétiques sur l’écran, mais pour le reste du monde ce blindage ne servira sans doute jamais, et je m’étonne toujours de trouver cet argument marqué en gros sur les cartons et spécifications des enceintes, il me semble que ça ne pèse vraiment pas lourd dans la balance.

Bref. Dans le carton des enceintes on trouve évidemment les 2 satellites, et un câble audio mini-Jack. Le transformateur d’alimentation est intégré dans l’enceinte principale, de laquelle sort donc le câble d’alimentation qu’il n’est pas possible de séparer de l’enceinte.

L’enceinte secondaire se branche sur l’enceinte principale de manière classique, par un câble RCA. Les longueurs des câbles audio sont les suivantes :

  • Câble RCA reliant les 2 enceintes entre elles : 1.9 mètres
  • Câble audio mini-Jack fourni avec les enceintes : 1.7 mètres

Toute la connectique se trouve sur l’enceinte principale. On y retrouve donc :

  • Le connecteur RCA pour la liaison avec l’enceinte secondaire (à l’arrière)
  • Le câble d’alimentation à brancher sur une prise de courant (à l’arrière)
  • Le connecteur mini-Jack de l’entrée audio principale (à l’arrière)
  • L’interrupteur On/Off (à l’arrière)
  • Une prise casque (à l’avant)
  • Un connecteur mini-Jack pour l’entrée audio auxiliaire (à l’avant)

Façade arrière des Hercules XPS 2.0 30 DJ Club

On a également en bas de la façade avant 2 molettes de réglage, l’une pour le volume et l’autre pour l’ajustement des aigus. C’est d’ailleurs la première fois, si ma mémoire est bonne, que je vois des enceintes qui proposent un réglage des aigus sans proposer le réglage des basses également. On a en général soit un réglage indépendant pour les basses et les aigus (comme pour les SP-HF1255A par exemple), soit un unique réglage de la tonalité du son. Mais ici Hercules a choisi de proposer uniquement un variateur pour les aigus, les basses étant donc fixes. Et on verra à l’écoute, un peu plus bas dans l’article, que ce n’est pas franchement convaincant comme choix.

Par contre ces 2 molettes, pour le réglage du volume et des aigus, sont petites mais se prennent très bien en main, aucun soucis pour faire les réglages donc.

Étant donné qu’on me pose souvent la question, je précise pour ces Hercules XPS 2.0 30 DJ Club qu’aucun système d’attache mural n’est prévu. Et de toutes façons l’interrupteur marche/arrêt, l’entrée audio principale et les câbles d’alimentation et de liaison avec la deuxième enceinte se trouvant tous à l’arrière, il ne sera pas possible de plaquer les enceintes à moins de 5 cm d’un mur environ.

Avant de passer au test audio un dernier mot sur la gestion de l’entrée auxiliaire : Lorsqu’on branche l’entrée audio auxiliaire ça stoppe automatiquement le son de l’entrée principale. C’est le cas sur pas mal d’enceintes, mais je trouve que pour des enceintes dites DJ c’est vraiment pas judicieux : si les 2 entrées audio pouvaient se superposer ça permettrait des possibilités de mixage beaucoup plus intéressantes, avec des transitions en douceur ou fondues par exemple. Alors que là, celui qui viendra brancher son lecteur MP3 sur l’entrée auxiliaire coupera brusquement le son de l’entrée principale… un gros blanc entre 2 pistes ça fait pas très DJ !

 

Enceinte satellite XPS 2.0 30 DJ ClubJ’allume maintenant ces XPS 2.0 30 DJ Club (tiens, une led bleue s’allume entre les 2 molettes de réglage, cette led bleue témoin de fonctionnement est décidément à la mode ces derniers temps). Les premiers tests montrent très vite que comme on pouvait craindre, les basses sont assez pauvres, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous l’oreille. J’entends même un petit grésillement parasite qui apparait de temps en temps, quand la musique exige des basses bien marquées, mais seulement sur une enceinte (l’enceinte principale, celle avec les boutons de réglage). L’autre se comporte un peu mieux, puisque si les basses ne sont pas plus puissantes au moins il n’y a pas de grésillements parasites. Mais enfin, ceux qui espèrent un peu de basses seront bien vite déçus… tout DJ soient-ils !

Sinon la molette des aigus marche bien, et permet une grande plage de réglage. Mais j’aurai largement préféré une molette de réglage de la tonalité (balance entre les graves et les aigus), qui est définitivement beaucoup plus utile que le réglage des aigus seuls.

Lorsque le volume est à fond la saturation est importante, et le son complètement dégradé. Par contre la puissance maximale, même sans aller jusqu’à la saturation, est plutôt pas mal. J’évaluerai ça à 15 Watts RMS sans problème, plutôt que les 10 Watts RMS annoncées par Hercules. Heureusement d’ailleurs, parce que 10 Watts RMS pour 50 € c’est cher payé quand même !

 

En conclusion, j’ai pas été franchement emballé par ces Hercules XPS 2.0 30 DJ Club. A 50 € on n’est plus dans l’entrée de gamme, et si la connectique est assez complète on attend en revanche beaucoup plus pour la qualité audio. Et notamment les basses, qui sont vraiment minimalistes, avec aucune possibilité pour les ajuster.

Le son n’est pas désastreux pour autant, mais je ne pourrai citer aucun réel point fort. Et je ne vois définitivement pas d’où vient l’appellation DJ Club ni sur quoi elle repose, sauf peut-être le design qui est un tantinet plus agressif que ce que Hercules fait généralement pour les enceintes 2.0.

 

3 réflexions au sujet de « Test des Hercules XPS 2.0 30 DJ Club »

  1. Bah 50 € pour une puissance de 10 Watts je trouve effectivement que c’est cher payé le Watt ! ça sent quand même bien le piège à jeune ado qui pense qu’il va finir DJ à la Guetta avec cette enceinte lol !

  2. j ai eu ces enceintes en 2.1 avec le caisson pour test , j avoue que les enceintes satellites seul ne feront pas vibrer les carreaux , effectivement hercules se la joue un peu la ! et je trouve le design cheap autant le caisson que les satellites ! je pense qu il faut eviter ces enceintes , pour 50 euros on peut avoir mieux ! sinon si vous les avez penser a les donner en cadeaux a noel :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>