Test des Altec Lansing VS3020

Enceintes 2.0 Altec Lansing VS3020

Comme premier test d’enceintes en 2013 sur ce blog, je vous propose le test des enceintes 2.0 Altec Lansing VS3020, qui sont les nouvelles enceintes 2.0 de la marque américaine. Ces enceintes sont assez compactes, avec une puissance correcte de 30 Watts RMS environ, et pour un prix de vente sous la barre des 70 € généralement.

 

La forme de ces VS3020 est plutôt originale, puisque les satellites sont tout en courbes et en arrondis. Ils reposent sur un pied de plexiglas fumé qui forme un arc de cercle en partant de l’arrière du satellite. La stabilité est bonne, et l’esthétique assez réussie. Mais il faut reconnaitre qu’Altec Lansing a déjà fait des design plus engagés qui impressionnent plus (comme les FX3022, que j’aimais beaucoup). Ici, rien de vraiment frappant, un revêtement noir mat recouvre entièrement les enceintes, avec une petite bande gris métallisée qui marque la frontière entre le plastique de l’enceinte et le cache des haut-parleurs en tissu noir.

Les VS3020 sont bien sûr des enceintes de type bass-reflex (l’évent est dissimulé sous le revêtement en tissu qui cache les haut-parleurs), mais le volume de chaque enceinte n’est pas bien gros. Donc pour avoir des bonnes basses on compte sur la qualité intrinsèque des haut-parleurs, ainsi qu’un éventuel renforcement numérique des basses. On verra ça un peu plus bas, lors de la phase de test audio des VS3020.

Mais de manière générale, cette compacité des enceintes rime ici avec robustesse, et on sent bien que les VS3020 ne sont pas le genre d’enceintes à lâcher dès les premiers mois d’utilisation. Ce qui me semble a toujours été le cas pour les enceintes 2.0 et 2.1 Altec Lansing, qui est une marque très fiable.

Au niveau de la connectique, là encore c’est du standard : le satellite gauche se connecte sur le satellite droit par un câble RCA de 180 cm de longueur. Sur le satellite droit est intégré un câble audio mini-Jack de 150 cm de longueur, qui correspond à l’entrée audio principale. Et on retrouve également le connecteur pour l’alimentation par transformateur externe.

Ces 3 connections – branchement satellite gauche, entrée audio et prise d’alimentation – sont situées à l’arrière de l’enceinte.

Les enceintes Altec Lansing VS3020 sont pourvues également de 2 connecteurs auxiliaires, placés sur le côté du satellite droit. On retrouve ainsi la classique entrée audio auxiliaire (au format mini-Jack 3.5 mm), et la prise casque pour le branchement d’un casque audio directement sur l’enceinte (ce qui a alors pour effet de couper le son des haut-parleurs de l’enceinte).

Satellite des VS3020Sur ce même côté du satellite droit se trouve la molette de réglage du volume, qui est assez agréable à utiliser. Cette molette n’est pas faite seulement de plastique, mais est recouverte d’un revêtement antidérapant ainsi que de petites stries afin de rendre plus facile son utilisation. Et ça marche très bien, le volume se règle sans aucun problème une fois que l’on a bien enregistrée à quel niveau se situe la molette (car comme elle n’est pas située sur la façade avant elle n’est pas directement à portée de vue, il faut balader un peu ses mains à l’aveugle les premières fois sur le côté du satellite pour trouver cette molette). Par contre vous l’aurez compris, pas de télécommande fournie avec ces enceintes, Altec Lansing a voulu se limiter à l’essentiel.

Pour finir avec cette molette de réglage du volume, c’est elle également qui fait office d’interrupteur On/Off, lorsqu’on l’actionne au minimum, jusqu’au clic. Pour ma part j’apprécie assez cette solution, qui a l’avantage d’éviter le classique interrupteur On/Off toujours situé à l’arrière des enceintes, et donc pas facilement accessible.

Comme souvent, un témoin lumineux de fonctionnement permet de savoir si les enceintes sont allumées ou non. Mais celui des VS3020 est assez astucieux, puisque c’est une led blanche située sur la partie inférieure du satellite principale qui se reflète sur le pied de l’enceinte. L’intérêt est de ne pas causer une gêne à cause d’une lumière trop présente, tout en restant tout à fait visible si l’on baisse légèrement la tête en direction du pied de l’enceinte, afin de voir si le témoin est allumé ou non. C’est un excellent compromis, puisque si le témoin lumineux de fonctionnement est très utile, voir indispensable, pour savoir si les enceintes sont allumées ou non, c’est vrai que souvent la led qui brille en permanence à l’avant des enceintes peut être dérangeant à la longue, notamment lorsqu’on regarde un film dans l’obscurité.

Pas grand-chose de plus à dire sur la description du matériel, on se rend d’ailleurs bien compte que c’est sur la qualité audio qu’Altec Lansing tentera de se démarquer avec ces VS3020.

 Altec VS3020

J’allume donc maintenant ces enceintes 2.0 VS3020 pour écouter ce que ça donne. A la première écoute, on se rend compte de l’excellent équilibre du son, et on retrouve bien là la touche Altec Lansing qui apporte un son parfaitement contrôlée, avec une juste répartition de la puissance entre basses, médiums et aigus. Cette particularité du son Altec Lansing de s’adapter facilement à des styles de musiques très variés est vérifié une fois de plus avec les VS3020, même si certains morceaux de musique classique notamment apprécieront un son un peu plus chaud comme celui de Genius.

En tout cas ce très bon réglage par défaut des enceintes VS3020 fait un peu oublier qu’on n’a pas la possibilité d’ajuster le niveau des graves ni des aigus… (j’avoue que pour 70 € j’aurai trouvé sympa d’avoir une possibilité d’ajustement du son, que ce soit grave/aigus ou bien la tonalité).

Par contre j’ai été un peu déçu d’entendre un souffle en bruit de fond lorsqu’on monte le volume, même pas très fort (à la moitié du réglage). Ce souffle de fond est généralement un bon indicateur de la qualité des enceintes (comme pour les enceintes hifi d’ailleurs), et à ce niveau Altec Lansing semble avoir été un peu léger sur la qualité de l’ampli intégré. C’est dommage, car hormis ce souffle la qualité audio est plutôt pas mal, et on n’a clairement pas affaire à des enceintes bâclées !

En poussant le volume à fond on entend beaucoup de saturation (en plus du souffle de fond qui se fait encore plus fort), rendant le son vraiment médiocre. Il n’y aura donc pas d’autres choix que de ne pas utiliser les enceintes avec le volume à fond, ce qui est une autre décéption. Les enceintes 2.1 MX6021 d’Altec Lansing se comportaient bien mieux à fort niveau par exemple (ok, ce n’est pas le même budget, mais ce n’est pas non plus la même puissance audio qui sort au max !), donc je m’attendais à un peu mieux sur ce point avec les VS3020.

En revanche l’ergonomie des enceintes a bien été étudiée, et leur inclinaison assez marqué vers le haut (je dirai 20-25° environ) contribue à une bonne perception de la scène sonore. Leur compacité permet par ailleurs de les placer sans peine sur le bureau, même pour ceux qui ont oublié à quoi pouvait bien ressembler un bureau rangé… ;)

 

En conclusion, les enceintes Altec Lansing VS3020 possèdent quelques bons arguments, avec en premier lieu un son très agréablement équilibré qui s’adaptera sans problème à la plupart des styles de musique. Pas de défaut majeur à noter sur la restitution du spectre audio, c’est plutôt du bon boulot de la part d’Altec Lansing. L’ergonomie des enceintes est bien pensée, avec quelques petits détails comme la led de fonctionnement qui se réfléchit sur le pied du satellite pour ne pas gêner par une lumière directe trop forte sont super agréables.

En revanche on peut regretter certaines faiblesses des performances audio, comme la saturation élevée à fort niveau ou le bruit de souffle en fond que l’on entend, alors qu’Altec Lansing est censé être l’un des spécialistes reconnu du monde audio multimédia. Pour 70 € ces VS3020 sont donc un bon produit, mais sans être particulièrement un coup de cœur.

 

6 réflexions au sujet de « Test des Altec Lansing VS3020 »

  1. Je suis assez surpris du fait que vous trouviez un rendu « chaud » chez les Genius. J’avais des Creative T10 avant de passer aux Genius sp-hf 2020, et le son des T10 était bien plus chaud (ce qui me fait encore préférer écouter quelques rares morceaux sur les Creative).

    • Bonjour,

      Je n’ai pas eu l’occasion d’écouter les T10 encore, mais du coup je vais essayer de le faire rapidement.

      En fait pour les Genius je pensais plutôt aux SP-HF1255A ou SP-HF1800A (ou encore les SP-HF800 pro). Pour les SP-HF2020 c’est en effet un peu moins vrai, notamment parce que l’égaliseur numérique est réglé de manière fixe et qu’on a donc beaucoup moins de liberté de réglages.

      Mais malgré tout, le point commun à la majorité des enceintes 2.0 Genius est leur structure en bois (pas du bois massif bien sûr), qui confère indéniablement au son une couleur chaude, avec plus de richesses harmoniques je trouve.

      En tout cas merci pour ce retour, je vais comparer avec les T10 dès que possible.

      • Les T10 ont déjà pas mal d’année derrière elles (j’avais acquis les miennes il y a un peu plus de 4 ans). Je pense qu’elles doivent plutôt être comparées avec des Genius 800, au mieux les 1255. Elles délivrent en tout cas un son extrêmement équilibré et chaud, à défaut d’être très précis ou puissant. Quoiqu’il en soit, leur finition est exemplaire. Pour des enceintes descendues à 35/40 € maintenant, c’est du bon boulot.

  2. Bonsoir, je viens d’acquérir ces enceintes.
    Elles sont parfaites pour un usage en bureautique, je déplore qu’on ait pas la possibilité d’effectuer quelques réglages et j’ai surtout un problème assez gênant: quelques minutes sans diffuser un son à partir de l’ordi et elles s’éteignent automatiquement, elles redémarrent quand elles veulent lorsque son est à nouveau jouer ou bien il faut aller ramener le bouton de mise en marche sur Off pour les remettre en route. Je trouve plutôt intéressante l’extinction automatique mais quand on peut paramétrer les conditions ! Si je ne trouve pas solution à ce « problème » je me les ferai rembourser.

    • J’ai fini par les renvoyer au site marchand, celui-çi ayant reconnu qu’il s’agit d’un problème non négligeable. De plus les spécificités n’annoncent pas cette fonction, dans votre test non plus !
      Imaginez votre écran qui se met en veille toutes les 3 minutes si la souris ne bouge pas ! Pas Top.
      L’ingenieur d’Altec qui a pondu ça aurait mieux fait d’aller à la plage ce jour là, Altec n’a pas répondu à mon mail ! A vous de juger.

  3. Je vous remercie d’avoir retiré mon avis, je le réédite. Je viens d’acheter ces enceintes, je suis particulièrement satisfait des aptitudes audio, elles sont très agréables le son est parfaitement naturel et équilibré. Par contre je ne partage pas l’avis du testeur, je n’ai constaté aucun souffle en poussant le volume, la saturation se manifeste dans des zones inutilisées, à partir de 70% du volume maximun. Avec 30 Watts RMS on a une marge d’écoute confortable. Je les utilise à 10% et jusqu’à 20% du volume maximum, c’est amplement suffisant, vu la proximité des enceintes. Je n’ai aucune envie de devenir sourd. Je n’ai jamais été déçu par la marque Altec Lansing. Il vaut mieux à mon avis acheter des enceintes amplifiées puissantes, 30 watts RMS c’est parfait, pour éviter les problèmes de saturation à un niveau d’écoute raisonnable. Donc aucune gêne, la saturation est difficile à éviter avec des enceintes de 5 Watts RMS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>